Plantation d’arbres

Plantation d’arbres

Autrefois le Pays Dogon était boisé. Ces bois ont été coupé pour cultiver le mil. Même si de beaux arbres se trouvent parsemés dans les champs, l’espace est moins vert qu’avant. Les habitants disent que le désert gagne du terrain chaque année. Il est temps de replanter des arbres et de donner de la fraîcheur et des ressources naturelles à l’environnement.

Nous avons commencé à planter des arbres dans le village, surtout sur le terrain de l’école. Il s’agit de manguiers, caïcédérats, flamboyants et neem. Tout le monde a envie de planter des arbres fruitiers autour de la maison ou dans les grand jardins.

Quelques eucalyptus ont été planté aussi, mais il faut être prudent avec cet arbre qui pompe l’eau à une grande vitesse dans le sol. En revanche, son bois est utilisé dans les constructions de maisons et l’arbre repousse facilement de la souche coupé.

On peut planter maintenant mais la meilleure période est pendant la saison de pluie de juin à octobre.

Le prix des arbres que nous achetons dans la pépinière de Kani Kombolé à 8 km n’est pas très élevé, avec le protège ça revient à 1 euro pour la plupart jusqu’à 2 euros pour les manguiers.

Autour du village il y a déjà pas mal de jeunes manguiers, déjà après cinq ans c’est un joli arbre. Il me tarde de voir comment l’environnement sera d’ici quelques années.

Dans les champs en dehors du village poussent des arbres de plusieurs sortes, souvent de beaux vieux arbres. Le Balaniteck, le Caritier, le Balanzan, l’ébène rouge et bien d’autres. Souvent les fruits et les feuilles sont utilisé comme aliment, remède ou comme aliment bétail.

Il y a un arbre dont nous cherchons encore le nom officiel, qui produit des feuilles très nourrissantes pour les animaux et du bois de construction de qualité. Baba à Sévaré dit que celui qui plante 5 hectares de cet arbre sera riche dans 5 ans.

Ce qui rends la plantation d’arbres toujours compliquée c’est la présence des animaux qui n’épargnent aucune pousse qui n’est pas bien protégée. Ceci nous oblige de travailler avec les protèges ou de faire des espaces clôturés, ce qui coûte cher.

Budget : Nous pouvons juste planter des arbres au fur et à mesure dans le village et autour suivant le budget disponible.

Nous pouvons aussi faire une action importante et planter des milliers d’arbres ce qui impactera la région positivement de façon significative.

Les arbres pourront donner de l’ombre, de la nourriture et du bois pour construire et pour faire la cuisine.

Le projet Instituto Terra du photographe Sébastiao Salgado au Brésil m’inspire beaucoup. Il a replanté 600 hectare et en 13 ans la foret était revenue et les sources ont recommencé à couler. www.institutoterra.org

jeunes arbres

Espace à replanter
Espace à replanter
Advertisements