Category Archives: Uncategorized

Réalisation du Jardin de Bagourou

Réalisation du Jardin de Bagourou, les nouvelles du 26 février 2017
Vidéo et photos en bas de page …

Video en foto’s staan onderaan de pagina.
Klik hier voor de Nederlandse tekst: een-tuin-voor-bagourou

Chers amis donateurs et participants dans le projet du Jardin de Bagourou,

je viens de rentrer du voyage au Mali et je peux enfin partager avec vous les nouvelles des travaux sur le Jardin de Bagourou.

Tout d’abords, les habitants du village de Bagourou remercient chaleureusement tous les participants et donateurs. Ce qu’ils avaient espéré depuis longtemps est en train de devenir réalité maintenant.

Où en est le projet actuellement ? Les travaux, sont-ils finis ? Non, ce n’est pas fini, mais les travaux ont bien avancé. Le puits a atteint 15 m de profondeur et il y a de l’eau. Une fois le puits terminé, la construction de la clôture va commencer.
apres-le-premier-jour-de-travaux
Depuis le début :

Une fois arrivé à Endé, j’ai fait connaissance avec Moussa, notre personne de contact pour le projet (sur la photo ci-dessus en t-shirt jaune). Une réunion a été tenue avec le chef de village de Bagourou, les anciens, les hommes et les femmes pour parler de la réalisation du jardin. Tous ont donné leurs bénédictions.

Alors nous avons demandé au sourcier de venir trouver le meilleur endroit pour faire le puits.

Ensuite nous avons rencontré le puisatier, le technicien du puits Laya avec son assistant Seydou, pour organiser la construction et l’achat des matériaux.

Le premier jour des travaux était le 23 janvier, le lundi est un bon jour pour commencer. Laya a dessiné le périmètre du puits, nous avons formé un cercle pour dire les bénédictions. Les premiers coup de pioche ont été donné par le plus âgé, le père de Moussa qui avait planté des arbres sur ce terrain il y a longtemps en perspective d’y faire un jardin un jour.

Pendant que les hommes creusaient le premier demi mètre, les femmes cherchaient du gravier au pied de la falaise pour faire le béton pour la parois du puits. Les vieux s’occupaient à égorger le mouton, action indispensable pour la réussite d’un projet. Il a fait le repas de tous ce jour-là.

Les photos et la vidéo vous montrent bien comment les travaux se sont passé en bonne entente. Je suis venu tous les jours pour voir chaque étape et j’ai été impressionné par la volonté, la bonne humeur et la bonne entente sur le chantier.
apres-dix-jours
Nous avons décidé de faire une chose après l’autre. D’abords le puits et puis la clôture. Pour des raisons financières aussi car la construction du puits est coûteux et la clôture aussi. Le budget est suffisant mais la profondeur du puits définit en quelque sorte la longueur de la clôture possible.

Vu les dimensions du puits, le coût des matériaux et l’expérience des jardins à Endé, nous prévoyons de faire une clôture de 250 mètres autour d’une surface d’un tiers d’hectare. C’est plus petit qu’espéré mais plus raisonnable. Un puits de moyen diamètre ne peut pas fournir assez d’eau pour un jardin plus grand. Si cette surface sera bien cultivé d’ici l’année prochaine, ce sera un projet bien réussi.

Merci encore à tous les participants et n’hésitez pas à donner vos idées, observations et questions !

Le premier jour des travaux :

et après :

à suivre

Advertisements

A vegetable garden in Africa

May 5th :
Please have a look at the recent vegetable garden project : Yabatalou

Dear friends,
don’t expect too much from elections and presidents. It’s from the bottom up, from the free individuals that we are, that we can expect something worthwhile in today’s world. If we dare to be authentic and creative, amazing things are possible.

For example : we can enable the inhabitants of villages in Mali to create a vegetable garden. The people used to make an income with tourism. But for the last five years, political tension has made tourists go elsewhere and the Dogon people are left alone, living their traditional way of life. Which is wonderful, but not providing enough money to invest in projects like this.

So, our participation in the garden project can be the financial part. Money is needed to dig a well and to make a fence around the garden to keep the goats and donkeys from eating the plants. 

I go regularly to the Dogon country and I feel being part of the village community. Imagine that you participate and you also come to visit the garden you enabled to come into life, eating the vegetables it is producing. Isn’t that a nice perspective ?

Please continue reading, and welcome to the projects ! 
the-vegetable-garden-in-ende

Bagourou and Yabatalou are next to Endé, one of the best known Dogon villages, where Association Malikanu helped to make a garden a few years ago.
Many families now grow their own vegetables with success.

It’s one of the best projects a village can have actually, making it more self sufficient, producing healthy food for everybody.

I would like to use these garden projects also to experiment with the growing of plants and trees in the same space. The trees provide shadow, wood for construction and fire, work the soil and give humus. This can be a pilot project for the whole area.

We have made a garden in Bagourou early 2017. And the garden project for Yabatalou is fast going strong. It would be really nice to have you with us.

Send a message or donate directly via Paypal at www.paypal.me/LaVieaEnde

Welcome to the Dogon, Coen

Ps. it’s a crowdfunding, every amount is welcome

vegetable-garden-in-ende-1vegetable-garden-in-ende-3

Een groentetuin voor Bagourou

Een groentetuin voor Bagourou

De bewoners van Bagourou hebben het beste project dat een dorp in de Dogon vallei kan hebben : een groentetuin aanleggen.

Bagourou is een buurdorp van Endé, waar Stichting Malikanu een paar jaar geleden een tuin heeft helpen realiseren.
jardin-de-ende-2

Om een groentetuin mogelijk te maken zijn twee dingen nodig : een put om de planten water te geven en een hek om hongerige geiten en ezels buiten te houden. Grond en arbeid zijn voorhanden, maar geld voor de put en de omheining niet.

Ik was net van plan om te investeren in zonnepanelen thuis, toen Amadou belde over dit nieuwe project. Ik realiseerde me dat ik liever mijn geld wilde inzetten voor een project waar een heel dorp bij gebaad is, zeker omdat het daar zo broodnodig is.

Bovendien biedt dit de gelegenheid om een idee dat ik al langer had te realiseren : groenten en bomen kweken op hetzelfde perceel. Bomen bieden fruit, hout en schaduw, maar er wordt niet veel met de bomenaanplant gedaan in de Dogon vallei. Dit is een kans om te experimenteren en te laten zien hoe productief beiden samen kunnen gaan.

De crowdfunding via Facebook en mail heeft op dit moment een totaal van 3500 euro opgeleverd. Dat wordt ingezet om met een professionele puttenmaker, cement voor de put en een omheining van dik gaas en ijzeren profielen een mooie tuin te maken. Een nieuwe fase voor het dorp Bagourou. Als je nog mee wil doen kan dat natuurlijk nog steeds, laat van je horen.

Stuur een berichtje, klik aan dat je participeert of stuur gelijk je donatie, hoe klein of groot ook, naar :

Stichting Malikanu ovv Tuin voor Bagourou

IBAN: NL54 RABO 0111757827
BIC Code: RABONL2U

of naar mij, J.C. Engelhard :  NL05 ABNA 0567 0117 39

10 januari ga ik er weer heen, spannend om te zien met wat voor foto’s en filmpjes ik terug zal komen …

Merci beaucoup ! Coen

zie ook : https://www.facebook.com/lavieaende/

pays-dogon-2

pres-de-bagourou-2

pres-de-bagourou-5

Création d’un Jardin à Bagourou

Création d’un Jardin à Bagourou au Pays Dogon

Les habitants de Bagourou ont un projet. Le meilleur projet qu’un village au Pays Dogon puisse avoir : faire un jardin pour cultiver des légumes.

Bagourou est le village voisin de Endé, à une petite demi heure de marche. Un peu plus éloigné de la falaise mais près d’une grosse mare où tout le monde vient faire des briques en argile. Mais l’eau ne reste pas assez longtemps pour la culture des légumes.
pres-de-bagourou-2

Pour faire un jardin maraîcher il faut principalement deux choses : un puits pour arroser les plantes et une clôture pour éviter que les animaux les mangent. Il y a des ânes, chèvres et quelques dromadaires qui se promènent en liberté, toujours à la recherche d’une bouchée de verdure.

Depuis quatre ans les habitants de Endé Ouo ont un jardin, financé par l’association Malikanu. Chaque famille travaille un bout de la parcelle pour cultiver des oignons, des tomates et quelques légumes africains.
jardin-de-ende-2

Chaque village devrait pouvoir avoir un jardin. Mais les habitants du Pays Dogon ne peuvent pas engager les frais nécessaires. J’ai été à Endé et Bagourou, j’ai un lien fort avec les habitants, j’y retournerai au mois de janvier et j’ai envie de réaliser ce projet.

Ce qui m’intéresse beaucoup, c’est la possibilité de planter des légumes et des arbres sur le même terrain. Des légumes variés pourront pousser près des arbres fruitiers comme le manguier ou le tamarin et le moringa, dont les feuilles sont un apport nutritionnel spectaculaire. Une pépinière fera partie du projet aussi, pour faire pousser d’autres arbres à planter ailleurs pour faire du bois de construction et du bois pour cuisiner.

La surface du jardin sera au moins un demi hectare, ce qui est déjà bien pour les habitants de Bagourou. Mais si nous arrivions à trouver les moyens pour clôturer un hectare entier, nous pourrons pleinement expérimenter avec le mélange de cultures de légumes, pépinière et arbres. Ce qui serait une innovation dans la région.
pres-de-bagourou-5

Vous avez envie de participer à ce projet ? Comme dans le crowdfunding, chaque participation est la bienvenue. Grosse ou petite somme, l’essentiel est d’y arriver ensemble. Rappelez-vous du projet ‘Un micro-crédit pour les femmes de Endé Ouo’ il y a un an et demi . Ce projet-là se porte à merveille et les femmes ont réinvesti à nouveau et sont devenues plus autonomes.

Combien faut-il pour faire un jardin à Bagourou ?

3000 euros pour engager un technicien pour faire le puits et pour acheter le grillage, les piquets en fer, le ciment pour faire les buses du puits. Les villageois livrent la main d’œuvre. Nous avons déjà le budget pour faire un demi hectare. Si vous voulez participer encore on pourra aller jusqu’à un hectare entier !

Passez à l’action maintenant : envoyez un message ou un mail, ou donnez directement sur le compte de l’association Malikanu en mentionnant ‘le jardin de Bagourou’.

Cette action a un impact important pour tout un village, c’est chouette d’y participer, merci !

Association Malikanu
IBAN: FR 7617106000762176409300068 Code BIC: AGRIFRPP871

http://www.malikanu.net/

ou envoyez par Paypal à coenengelhard@gmail.com
pays-dogon-2

Lecture de ce moment

Voici des exemples de livres que j’ai lu et que je recommande. Si ça vous donne envie de les découvrir, tant mieux. Bonne lecture.

Nassrine Reza est surprenante dans son approche de l’accueil parce qu’elle débloque des questionnements en l’amenant à chaque fois plus loin dans l’accueil de ce qui est.
Wangari Maathai avait une énergie incroyable en faveur de la justice, les femmes et les arbres dans son pays le Kenya. Voyez aussi en vidéo sur : http://www.greenbeltmovement.org/wangari-maathai
Le pouvoir de l'accueil

Deux livres venant de Access consciousness :
Blessed possibilities
.
Ci-dessous deux vidéos en rapport avec les projet au Mali. La gestion de l’eau dans La soif du Monde et le projet de plantation de 600 hectares de forêt dans Le sel de la Terre sont une bonne inspiration.
IMGP7379

Juillet 2016 : Depuis quelques semaines je suis plongé dans la lecture, c’est plus fort que la fabrication des archets en ce moment, c’est un processus intérieur, un développement …
livres 6 7 2016 (3)

Voici des titres et quelques idées tirées de ces livres :

Eckhart Tolle : Nouvelle Terre
Contrairement à ce que le titre fait croire ce livre parle beaucoup de l’ancienne terre, l’ego et le corps de souffrance. Mais c’est voulu, car l’auteur explique qu’en voyant de tous les cotés comment nous avons l’habitude de fonctionner, nous pouvons changer notre point de vue et nous détacher de nos mécanismes pour être dans le moment présent.

Sofia Stril-Rever en entretien avec le Dalaï-Lama : Nouvelle Réalité, l’âge de la responsabilité universelle. Un récit passionnant qui est une suite logique du livre précédent. Impressionnant de voir comment le Dalaï-Lama est engagé dans la vie et dans le développement notre responsabilité envers la planète.

Peter Diamandis : Abundance, the future is better than you think
L’auteur montre par de multiples exemples comment le développement technique et scientifique est capable d’assurer le bien-être pour tous les 7 milliards que nous sommes sur la terre. Comme les autres auteurs il voit que la tendance est de travailler mondialement ensemble et non pas chacun pour soi comme on avait l’habitude.

Anita Moorjani : Dying to be me
Le récit d’une femme qui meurt d’un cancer. Mais au moment de partir elle voit tellement clairement l’unité de tout et qu’elle a manifesté sa maladie par manque d’amour pour elle-même, qu’elle décide de revenir dans son corps guérit par sa transformation. Depuis elle témoigne de son vécu et elle nous inspire à mieux nous aimer et respecter.

Thich Nhat Hanh : The Novice, a story of true love
L’histoire vraie de Quan Am Thi Kinh, la femme qui se déguise en homme pour devenir moine au Vietnam. Son histoire de femme prisonnière de la culture traditionnelle Asiatique ressemble à celle de Anita.

La Mère : Entretiens de 1929
Presque vieux d’un siècle, ces entretiens sont complètement à jour avec ce que nous vivons aujourd’hui. La Mère travaillait avec Sri Aurobindo pour l’avènement de l’homme nouveau. Elle aussi parle de l’unité de tout. Même les forces adverses sont là tant que nous en avons besoin. La transformation se fait dans la matière et sans exclure quoi que ce soit.

Satprem : Sri Aurobindo ou l’aventure de la conscience
L’auteur a vécu de longues années à Auroville et a été le confident de Mère. Son livre est une mine d’or pour la nouvelle conscience. A nouveau, c’est impressionnant comment Sri Aurobindo nous éclaire le chemin depuis le début du vingtième siècle déjà. La transformation se vit dans le corps, dans le monde, sans religion ni règles, réconciliant le bien et le mal, le haut et le bas. Il appelle l’incarnation du divin dans la matière : le Supramental, qui transcende le mental qui était notre façon d’être jusque-là.

 

 

10 ans de maison de Hobbit

Au mois d’août 2005 j’ai commencé la fabrication en terre et paille. Maintenant la maison a dix ans. C’est toujours un bonheur d’habiter une maison faite à la main du début à la fin.

Regardez aussi la page https://coenengelhard.com/blog/maison-de-hobbit/
Maison de hobbit 2015

..